Forum non-officiel de l'En Avant de Guingamp

Echanges entre supporters concernant l'En Avant de Guingamp. Matchs, résultats, joueurs, transferts, mercato, billetterie et bien d'autres !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Derniers sujets
» J'ai vu ou entendu parler de Guingamp...
par shrek Aujourd'hui à 11:22

» [J10] CAEN - EA Guingamp
par DaleCavese Aujourd'hui à 11:04

» Jeu du Antoine Kombouaré 2018-2019
par jeanpierre22 Aujourd'hui à 10:54

» Blessures/Absences
par steyann Aujourd'hui à 10:34

» [Prêt AS Saint-Etienne/Ligue 1 - ATT] 19 - Yannis Salibur
par steyann Aujourd'hui à 10:25

» Equipe de France
par dionysos Aujourd'hui à 10:08

» [MOD] 24 - Marcus Coco
par Goofic Aujourd'hui à 9:07

» Les intervenants -TV, Radio, Presse écrite
par pesag Aujourd'hui à 9:01

» [ATT] 11 - Marcus Thuram
par shrek Hier à 11:13

Matchs
Dernier match:

Dimanche 16 septembre à 21h
SCO 0-1 EAG


Buteur(s) : Benezet
Passeur(s) : Blas



Prochain match:

Samedi 5 octobre à 20h
EAG - MHSC



Buteurs :

1. Thuram - 2 buts
2. Roux, Benezet - 1


Passeurs :

1. Coco, Benezet, Blas - 1 passe décisive

Partagez | 
 

 [Football] Le dijo du jeudi

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27  Suivant
AuteurMessage
steyann
17. Vainqueur de la C3
17. Vainqueur de la C3


Messages : 4114
Date d'inscription : 07/05/2015

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Mer 25 Avr 2018 - 11:19

C'est avec ce genre de décisions qu'on voit le poids qu'Aulas peut avoir auprès des instances!
Scandaleux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Mer 25 Avr 2018 - 12:20


À la suite de la bagarre survenue, le 18 mars, entre les deux équipes, le gardien lyonnais et le défenseur marseillais Adil Rami ont été lourdement suspendus.

La commission de discipline de la Ligue a eu autant de punch, hier soir, que les joueurs de l’OM et de l’OL, le 18 mars au stade Vélodrome, qui se sont longuement bagarrés à la fin de la rencontre. Le Lyonnais Anthony Lopes (trois matches ferme de suspension) et le Marseillais Adil Rami (trois matches ferme également), ont écopé de sévères sanctions. Marcelo (deux matches avec sursis)
s’en sort bien mieux. Tandis que l’OM écope de la fermeture pour un match de la tribune basse sud du Vélodrome. Les deux clubs (3e et 4e avec 69 points chacun) auront donc tous deux un joueur majeur en moins lors des trois dernières journées, la sanction prenant effet mardi.
Hier soir, les protagonistes de cette soirée houleuse étaient devant la commission de discipline de la LFP. Des retrouvailles après la fin de match plus que tendue entre les deux équipes au Vélodrome, à l’occasion de la 30e journée (2-3). Une altercation a d’abord eu lieu dans les derniers instants de la rencontre entre le Marseillais Adil Rami et le Lyonnais Marcelo. Elle s’est poursuivie dès le coup de sifflet final, lorsque le Brésilien a exhibé son maillot au public marseillais pour le chambrer. S’en est suivie une bagarre générale, avec en acteurs de premier plan le défenseur lyonnais Mouctar Diakhaby et Anthony Lopes, son gardien, auteur d’une gifle qui aurait pu passer inaperçue dans la bousculade, mais qui, malheureusement pour lui, a été parfaitement filmée. Très excité lui aussi, Rami s’est également fait remarquer pendant cette longue pagaille.
Des enfants chambrent Aulas

Les trois Lyonnais (Marcelo, Lopes et Diakhaby) se sont déplacés à Paris pour plaider leur cause devant la commission, accompagnés de Jean-Michel Aulas, leur président, qui a eu droit à un comité d’accueil devant le siège de la Ligue : des jumeaux d’une dizaine d’années, supporters de l’OM, l’attendaient pour lui chanter, un peu timidement, en forçant leur petit filet de voix : « Jean-Michel Aulas, Jean-Michel Aulas, on va la gagner chez toi », en référence à la finale de la Ligue Europa qui se jouera au Groupama stadium de Décines, le 16 mai. Pas vraiment ravi, le boss de l’OL a préféré les ignorer. À la sortie, après deux heures et demie d’audition, mais sans connaître les sanctions touchant ses joueurs, il s’arrêtait un instant pour plaider une nouvelle fois leur cause et fustiger, surtout, le comportement des dirigeants marseillais. « L’OM a été très agressif vis-à-vis des joueurs, cherchant à obtenir des sanctions qui pénalisent l’OL pour la fin du Championnat, a-t-il lancé sur un ton calme. Je suis très surpris de la méthode. Dans le fond, les problèmes viennent de l’organisation du match, où c’était extrêmement dangereux pour nous (dirigeants) et pour les joueurs. Il y avait une pression que je n’avais jamais vue à Marseille en trente ans, avec au moins quarante bombes agricoles dans le stade. La défaite a fait perdre la raison à un certain nombre de joueurs de l’OM. Les miens se sont défendus comme ils ont pu. Il y a une fin de Championnat qui est formidable. Cela doit se jouer sur le terrain et non pas dans une commission de discipline, quelle que soit sa qualité. On n’a pas le droit de gâcher le plaisir de mes joueurs d’avoir gagné à Marseille. »
Quelques minutes plus tard, Jacques-Henri Eyraud, le président marseillais, refaisait lui aussi le match disputé par les deux clubs devant les juges de la commission : « Je trouve personnellement que l’on a eu une attitude professionnelle, pas agressive. » Rami, qui dispute demain soir une demifinale aller de Ligue Europa face à Salzbourg, était logiquement resté chez lui. Et a appris très tard qu’il manquerait les trois derniers matches de la saison. Même s’il peut se tourner, comme ses collègues de l’OL, devant la commission supérieure d’appel de la FFF. ‘


Il est fort ce Aulas. Il sont entrain de s'écharper sur twitter Avec Eyraud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 12:39

Je recentre le débat ici.


Jacques-Henri Eyraud

« JE RENDRAI COUP POUR COUP »
DE NOS ENVOYÉS SPÉCIAUX MÉLISANDE GOMEZ et MATHIEU GRÉGOIRE

Jacques-Henri Eyraud à Marseille, devant le Vieux-Port, en février 2017. Patrick Gherdoussi/LÉquipe
La victoire, jeudi, en demi-finales aller de la Ligue Europa contre Salzbourg (2-0), n'a pas aidé le président de l’OM à digérer le verdict de la commission de discipline sur les incidents contre Lyon. Il contre-attaque et vise Jean-Michel Aulas.

MARSEILLE – Jeudi, l’OM battait le RB Salzbourg en demi-finales aller de la Ligue Europa (2-0), mais une victoire n’a pas suffi à Jacques-Henri Eyraud pour digérer les sanctions rendues par la commission de discipline de la LFP, deux jours plus tôt. Après les incidents qui avaient perturbé l’après-match entre l’OM et l’OL, le 18 mars (2-3), la commission a infligé la même sanction à Anthony Lopes et à Adil Rami (3 matches de suspension, plus deux rencontres avec sursis pour le Lyonnais Marcelo). Alors que les deux Olympiques sont à la lutte pour le podium, le président de Marseille n’a pas apprécié la sentence et il le dit, déterminé à défendre les intérêts de son club.
« Avez-vous passé une belle soirée au Vélodrome, hier (jeudi) ?
L’avant-match a été pénible. J’ai tendance à me fermer complètement, à être dans le match comme les joueurs. Je suis très concentré, comme à l’époque où je combattais (il a fait du taekwondo). Grâce au résultat et à l’attitude de nos supporters, la soirée fut belle, même si rien n’est joué. Frank McCourt a-t-il apprécié ? Sur le deuxième but, il a explosé de joie. Il fallait le voir. Il vibre comme un supporter de longue date. Il aurait parfois sa place chez les Fanatics ou les Winners ! Mardi, votre soirée avait été moins agréable, visiblement. À la suite des sanctions prononcées par la commission de discipline, vous avez tweeté : “J’ai compris.” Qu’avez-vous compris ? Cela fait maintenant un an et demi que je suis à la tête de ce club et j’avais entendu beaucoup de choses. Mais j’ai l’habitude, d’abord, de laisser mes émotions de côté et, ensuite, de me faire ma propre opinion sur la réalité d’une situation. C’est d’ailleurs pour cela que, la première année, je suis resté assez en retrait, y compris dans les instances. Aujourd’hui, ce délai d’un an et demi me permet de tirer des conclusions de ce que j’ai pu entendre, de ce dont j’ai été témoin.
Qu’aviez-vous entendu ?
Que depuis quinze ans tous mes prédécesseurs avaient eu à un moment donné un problème avec Jean-Michel Aulas. J’ai eu avec lui des convergences sur certains sujets et j’ai une bonne relation, qui doit être professionnelle, constructive. Mais j’ai assisté à un tel moment mardi que, si cela ne remet pas en cause l’opinion que je porte sur l’homme et le dirigeant de club, je rendrai désormais coup pour coup. Et je le ferai d’autant plus qu’en décembre 2017 j’ai été le premier à signer la charte des présidents, à la demande de Nathalie Boy de la Tour (la présidente de la LFP).Les présidents devaient s’engager sur cette charte qui dit trois choses (il sort le document et lit) : “Adopter en toutes circonstances un comportement irréprochable, notamment en ne dénigrant pas les acteurs des rencontres ; adopter un comportement honnête et respectueux visà-vis des autres clubs et maintenir des relations de confiance entre eux ; chercher à résoudre nos différends de façon amiable sans avoir à les porter devant des juridictions et sans les médiatiser.” Jour après jour, j’ai vu un président qui faisait l’inverse et qui bénéficiait d’une impunité absolue dans son comportement et son attitude. Aujourd’hui, cette charte, alors que j’ai été le premier à la signer, je suis officiellement le premier à m’en libérer. C’est un gadget sans intérêt, sans effet. J’ai compris cela et je vais continuer à comprendre davantage. Parce qu’on peut être le plus grand président de club en activité, ce que je pense profondément, mais on ne peut pas continuer dans cette impunité à dire les choses qu’il dit et à bénéficier d’une écoute qui soulève un certain nombre de questions.
“J’ai autre chose à faire que de passer mon temps sur mon téléphone, y compris en vacances à Saint-Barthélemy, à tweeter sur l’Olympique Lyonnais
Vous dites que vous rendrez coup pour coup. Est-ce, par exemple, en occupant le terrain médiatique, comme vous le faites maintenant ?
Mon objectif professionnel n’est pas d’afficher 8 000 tweets sur mon compte. J’ai autre chose à faire que de passer mon temps sur mon téléphone, y compris en vacances à Saint-Barthélemy, à tweeter sur l’Olympique Lyonnais. J’ai un principe, c’est l’attitude que j’ai adoptée entre les quatre murs de la commission : beaucoup travailler mes dossiers et m’expliquer parfois de manière forte pour convaincre, m’opposer ou m’affronter. Dans la gestion autour du foot, il y a souvent trop de place pour l’émotion, l’irrationnel, et je ne suis pas comme ça. Après, quand il existe une succession de faits, l’utilisation d’insultes, de langage excessif, alors libre à moi de décider jusqu’où je suis prêt à entendre ces insultes, ces provocations, ces pressions.
Qu’est-ce qui vous a interpellé mardi, et avant ?
D’abord, j’ai cru que cette audience se déroulerait en milieu de saison prochaine… Le match a eu lieu le 18 mars, la première réunion devait être fixée le 12 avril, ensuite le 12 avril est devenu le 19, puis on a reçu un courrier où il était question du 2 mai. Les grèves ont été l’une des raisons invoquées par le directeur général adjoint de l’OL (Vincent Ponsot). Mardi, les joueurs de l’OL sont repartis en avion privé. J’avais pour ma part proposé d’annuler ma présence au déjeuner officiel avec Leipzig pour être avec la commission. L’autre surprise a été de voir que les semaines passaient et que l’instructeur ne s’était toujours pas saisi du dossier. Trois semaines après le match, il est venu vers les parties prenantes en leur demandant des pièces. Trois semaines ! J’ignore si c’est un lien de cause à effet, mais nous avons reçu le rapport de l’instructeur à quelques heures de l’audition. Je passe sur la troisième surprise où, en entrant dans la pièce, j’ai vu dix personnes qui se levaient plus pour saluer le président de l’OL que pour saluer le président de l’OM. C’est certainement lié au privilège de l’âge. Ensuite, il y a eu le verdict que je trouve à la fois asymétrique, disproportionné et profondément injuste pour Adil Rami.
“Défendre Walid Baaloul, mon collaborateur, (...) c’est une question d’éthique personnelle, et je suis fier d’avoir eu cette attitude. C’est ça la différence entre l’OL et nous
Comment la séance s’est-elle déroulée ?
La tactique de Lyon a été celle de deux écoliers pris en flagrant délit dans un coin de la cour, après avoir eu des échanges un peu trop violents, et qui finalement se mettent d’accord en disant au maître qu’il ne s’est rien passé. Ma tactique à moi était différente. Pourquoi ? Parce que j’ai un collaborateur qui ne s’appelle pas Dimitri Payet ou Florian Thauvin. Il s’appelle Walid Baaloul (un intendant de l’OM),etil est quelqu’un de remarquable, qui s’est fait frapper au visage par le capitaine de l’OL(Anthony Lopes). Walid Baaloul, je ne l’ai pas acheté 30 M€, il est peut-être un peu moins important que Dimitri Payet sur la pelouse, mais Walid Baaloul, mon collaborateur, s’il est frappé au visage par qui que ce soit, et encore plus par le capitaine de l’équipe adverse, alors je vais aller jusqu’au bout pour le défendre. C’est une question d’éthique personnelle, et je suis fier d’avoir eu cette attitude. C’est ça la différence entre l’OL et nous. Quitte à risquer d’alourdir aussi, de manière indirecte, la sanction d’Adil Rami ? Quelle a été notre position sur Adil Rami ? Àla93e minute, Marcelo vient volontairement, et les images sont extrêmement claires, donner un coup d’épaule à Adil Rami, qui a le tort de répondre par un coup de poitrine. Marcelo s’écroule au sol. L’assistant signale la scène à l’arbitre central, M. Ruddy Buquet, qui convoque les deux joueurs en leur disant qu’il souhaite que le match se termine sereinement. Au regard des règlements de la Ligue, il a jugé la chose. J’ajoute que le même Marcelo, qui s’en est sorti par un sursis, avait à la 16e minute, volontairement et en faisant en sorte que l’arbitre ne le voie pas, donné un méchant coup d’épaule à Florian Thauvin. Enfin, le même Marcelo est celui qui, dans un geste désormais habituel des joueurs de l’OL, enlève son maillot à deux mètres de Steve Mandanda, Adil Rami et les autres, pour les provoquer juste avant l’arrivée au vestiaire. Et ce geste a été relevé par le quatrième arbitre, Yohan Hamel, qui explique noir sur blanc qu’il a provoqué l’attroupement à l’entrée du tunnel.
Vous évoquiez un verdict injuste pour Adil Rami…
Notre propos a été de souligner qu’il a répondu, à tort, à une provocation. À l’échelle des barèmes de la Ligue, il méritait, au pire, le sursis. Il a eu une altercation, non pas avec Anthony Lopes, mais avec Marcelo. Marcelo s’en est sorti avec deux matches de sursis, donc on ne comprend pas.
Et Anthony Lopes ?
Sur Anthony Lopes, notre attitude n’a pas consisté à demander deux ans de suspension et un retrait de points pour l’OL. Notre attitude a été de dire : le règlement de la LFP, sur un fait de violence entraînant une incapacité de travail, prévoit ce type de sanctions. Que fait-on ? On s’est permis, et cela a beaucoup choqué Jean-Michel, de rappeler qu’Anthony Lopes avait été dans tous les mauvais coups cette saison. Je ne parle même pas des saisons précédentes. C’est vrai, j’ai employé le termede‘‘multirécidiviste’’. Trois matches de suspension ferme pour Anthony Lopes, qui a donc frappé au visage un membre du staff de l’OM, c’est moins que Zlatan Ibrahimovic, qui dit que la France estun''pays de merde'', c’est moins que Stéphane Ruffier, qui, sans le toucher, va parler de façon un peu appuyée à un arbitre, pendant le match, sur un fait de jeu(contre Monaco, 0-4, le 15 décembre, le gardien stéphanois avait touché l’assistant de M. Delerue en contestant une décision et avait ensuite été suspendu 4 matches). C’est profondément injuste, et même inexplicable. Comment expliquez-vous ce verdict ? Je ne peux l’expliquer que par la peur de juger avec courage une situation à quatre journées de la fin du Championnat, où deux équipes sont au coude à coude pour la qualification à la Ligue des champions.
Peut-être qu’on se dit : une telle décision, qui mériterait, selon moi, de priver de la suite de la compétition des joueurs importants de l’OL, déséquilibrerait la régularité de cette compétition. Sauf que… c’est le monde à l’envers ! Aligner les sanctions entre Rami et Lopes et mettre les deux équipes sur le même pied pour ne pas risquer d’impacter la régularité de la compétition n’est pas le rôle de la commission. Cette régularité a déjà été impactée par le fait que la décision est intervenue trente-sept jours après le match.
La commission n’est-elle pas soucieuse de préserver les enjeux d’image et l’attractivité de la L 1 ? Cette saison, il y a eu le cas – favorable à l’OM – de Luiz Gustavo, expulsé à Nice le 2 octobre, et aussi celui de Kylian Mbappé, expulsé à Rennes le 30 janvier : une certaine mansuétude leur a permis de disputer les Classiques, aller et retour.
On regardera ces faits-là avec attention. La justice est censée juger le même fait de la même façon, qu’il se soit produit dans le VIIIe arrondissement de Marseille ou dans la cité des Micocouliers (XIV e arrondissement). Ensuite, je pense qu’il faut le faire dans un cadre et avec des professionnels en nombre plus restreint. J’ajoute que je n’ai pas eu l’honneur d’être présenté, je suis incapable de vous dire le nom des membres présents de la commission et ce qu’a été leur passé ou leur présent professionnels. Sauf un médecin légiste qui a eu une intervention étonnante (Walid Baaloul s’est vu signifier deux jours d’ITT et trente de soins par un médecin mais celui qui siège à la commission de discipline de la LFP a estimé que le certificat médical recelait deux irrégularités). Selon certaines indiscrétions, vous appelez à dissoudre la commission de discipline… Absolument pas. Je n’appelle pas à la dissolution de la commission de discipline, ni au siège de la Ligue ! J’appelle à une réforme profonde du fonctionnement de la LFP, à la poursuite de la professionnalisation de l’arbitrage, à des changements qui vont faire basculer le football pro français dans une autre dimension. Et qui va ne pas se satisfaire de ce qu’on peut appeler une saison de transgressions. Un joueur lyonnais qui touche un arbitre : pas de sanction (en fait, expulsé à Angers le 1 er octobre pour avoir involontairement touché le bras de M. Lesage, Marcelo avait été automatiquement suspendu pour une rencontre). Un joueur lyonnais qui met la main au visage d’un juge de touche :
pas de sanction (à Caen, le 3 décembre, Fernando Marçal avait repoussé un arbitre assistant de la main, sans être expulsé). Et maintenant un joueur lyonnais qui frappe un intendant au visage : trois matches. On ne peut plus accepter ça (*). Je suis très satisfait que la vidéo ait été votée à l’unanimité du conseil d’administration. Parce que j’étais un peu inquiet, pour tout vous dire, d’entendre dans les heures précédant le vote que Jean-Michel soulignait la prudence des Anglais, qui attendaient un an de plus pour l’instaurer.
“J’ai trouvé ces méthodes curieuses, et je n’aime pas quand Jean-Michel devient “Don Giovanni-Michele ”
Après un an et demi à la tête de l’OM, estimez-vous donc qu’il y a un problème avec Lyon ?
Il y a une attitude, un comportement, une agressivité, il y a des provocations. À la suite de notre intervention en séance, on a été menacés par Lyon de procédures judiciaires, y compris pénales, ce que j’ai trouvé étonnant.
C’est-à-dire ?
Je ne sais pas si la qualification a été prononcée, ça n’était pas dirigé vers moi, mais vers notre secrétaire général (Alexandre Mialhe) et notre avocat (Olivier Grimaldi). J’ai trouvé ces méthodes curieuses, et je n’aime pas quand Jean-Michel devient “Don Giovanni Michele ”. Vos prédécesseurs, Pape Diouf, Jean-Claude Dassier, Vincent Labrune, avaient aussi été rattrapés par la rivalité sportive et financière avec l’OL. Ce sprint final, avec des enjeux industriels énormes, vous ajoute-t-il de la pression ? Absolument pas. Je crois qu’un homme politique a dit un jour : “Je préfère perdre des élections plutôt que perdre mon âme”, (Michel Noir, en 1987). Je ne suis pas celui qui compte vaincre au mépris de ses valeurs. Si je termine quatrième, j’aurai vécu une saison incroyablement forte et stimulante. Après, je veux vraiment aller plus loin. Les matches qui restent, nous les jouerons avec toute notre volonté et notre caractère, sans compter ce parcours exceptionnel en Ligue Europa, dont j’espère qu’il ne s’arrêtera pas en demi-finales. » ‘
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 12:40

« Il est en train de disjoncter »
HERVÉ PENOT

Le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud (à gauche), face à son homologue lyonnais, le 22 janvier 2017 à Décines. Dave Winter/Icon Sport
Jean-Michel Aulas, le président de Lyon, réagit aux accusations de Jacques-Henri Eyraud et estime que l’OM n’a pas su se défendre devant la commission de discipline.

Contacté hier pour réagir aux propos de son homologue marseillais, Jean-Michel Aulas s’est montré particulièrement étonné. « C’est tellement désagréable, dit-il. Vulgairement, je dirais qu’il a pété les plombs car je suis choqué par ces attaques personnelles. Il dit que nous avons demandé des reports mais nous avons le droit à en demander un, ce que nous avons fait car Vincent Ponsot (directeur général adjoint) et M e Joseph Aguera, notre avocat, étaient en vacances. Il y a eu une proposition pour le 3 mai et on est finalement revenu en arrière à la demande de Marseille. Tout ce qu’il dit est faux. Je pense qu’il est en train de se justifier vis-à-vis de ses groupes de supporters car la décision est très éloignée de ce qu’il avait tenté d’obtenir. »
À Lyon, on considère que les arguments utilisés par l’OM devant la commission de discipline, mardi, se sont retournés contre le club sudiste. Me Aguera, l’avocat de l’OL, parle d’une séance « surréaliste », à ses yeux : « Je suis stupéfait. On parle des gens qui se sont levés (voir page 5) mais on est arrivés tous en même temps… » Pour l’avocat, Lyon a choisi de défendre ses joueurs, alors que Marseille a surtout voulu mettre en cause ses adversaires. « J’ai été stupéfait de l’agressivité avec laquelle ils ont attaqué le club et la commission, poursuit-il. Déjà, ils sont venus avec un rapport de 37 pages sans nous l’avoir envoyé, ce qui est contraire à tout principe déontologique. »
La présentation de Jacques-Henri Eyraud n’a pas non plus obtenu un franc succès dans les rangs lyonnais. « Ce power point était un peu surréaliste, il y avait même le maillot de Fekir à Saint-Étienne, détaille l’avocat. On a dit que nous étions des provocateurs. Qu’ils défendent Rami, c’est leur droit, mais que l’OM demande à ce que huit joueurs de l’OL (dont Ferri et Tousart) soient convoqués et sanctionnés ! Et en plus, ils voulaient un retrait de points ! La commission a même dit : ''Défendez Adil Rami mais n’attaquez pas les autres''. Sur les vidéos, on voit Mandanda mettre Diakhaby à terre à deux reprises mais on n’a pas demandé à Mandanda de passer devant la commission. À la fin, le président de l’OM a fait une déclaration : ''Je vous demande de rendre justice, et si vous ne le faites pas, j’en tirerai toutes les conséquences.'' Jean-Michel Aulas a pourtant expliqué que la voiture des dirigeants de l’OL avait été coursée à la fin du match au Vélodrome et qu'il avait fallu l’intervention de la BAC pour couper la route aux poursuivants. Ils croient peut-être qu’ils vont être 2 es ou 3 es sur tapis vert. La commission a pris une décision pleine de sagesse et d’équilibre. »
“Ce sont des dénonciations calomnieuses, ce qui a été fait contre nous, contre Lopes, comme dans cette interview
Jean-Michel Aulas insiste : « Quand il dit que j’ai menacé, j’ai effectivement dit que ses propos étaient diffamatoires. Ce sont des dénonciations calomnieuses, ce qui a été fait contre nous, contre Lopes, comme dans cette interview. Je suis vraiment surpris qu’un administrateur de la Ligue puisse avoir cette attitude. Il est en train de disjoncter. Il parle aussi de mes tweets, mais ça reste un moyen de communication utilisé par les hommes politiques, les chefs d’entreprise. Il oublie que, quand la décision a été donnée par la commission, il tweetait trente minutes plus tard : ''J‘ai compris… '' Tout le monde sait à quoi il faisait référence (à une phrase de Bernard Tapie en 1990). Je l’ai interpellé pour savoir ce qu’il avait compris mais je n’ai pas reçu de réponse. Et quand il m’appelle ''Don Giovanni-Michele''… C’est encore de la dénonciation calomnieuse. Il dit qu’il veut rendre coup pour coup mais, moi, j’ai été convoqué par le conseil national de l’éthique pour avoir tenu des propos avec humour dans l’émission L’Équipe d’Estelle (*). Là, ce n’est pas de l’humour. Je vais prendre de la hauteur même si, franchement, je ne comprends pas. »
(*) Le 25 janvier, invité à exprimer sa préférence entre Nasser al-Khelaïfi, le président du PSG, ou Bertrand Desplat, celui de Guingamp, il avait répondu : « Choisir entre la peste et le choléra, c’est difficile. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 12:40

Un certificat médical au cœur du débat
M. Go. et M. Gr.
Dans le dossier préparé par l’OM pour son passage devant la commission de discipline mardi, figurait le certificat médical de Walid Baaloul, frappé au visage par Anthony Lopes. L’intendant de l’OM s’était vu signifier deux jours d’interruption temporaire de travail (ITT) et trente de soins par le médecin de sa femme et de ses enfants. Ces conclusions ont été mises en cause par Philippe Werson, membre de la commission de discipline, chef de service en médecine légale. Ce dernier a estimé que la trajectoire du coup porté par le gardien lyonnais ne pouvait pas causer les lésions diagnostiquées dans le certificat car, d’une part, une seule main ne pouvait pas, selon lui, toucher à la fois le tympan et le cou et, d’autre part, seul un coup avec un geste latéral pouvait causer une telle blessure alors que, toujours selon lui, le coup de Lopes était direct. Ces deux points ont été contestés par l’OM : pour le club marseillais, le fait que Lopes ait la main gantée fait couvrir à son geste une surface plus importante et le coup porté est bien un coup latéral. L’avocat de l’OL, Joseph Aguera, a ensuite mis en cause l’indépendance du médecin consulté par Walid Baaloul. L’OM a répondu que tout docteur en médecine était habilité à établir un tel certificat et que l’indépendance du médecin ne pouvait pas être contestée, puisqu’il n’est pas le médecin du club ni le médecin traitant de l’intendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 12:41

Voila pour ceux que ça intéresse.
Tout ca vient de lequipe du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tostao
19. Vainqueur de l'EURO
19. Vainqueur de l'EURO
avatar

Messages : 8553
Date d'inscription : 06/05/2015
Localisation : A côté de la chapelle

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 16:20

Merci guiz! Long à lire,mais très intéressant Wink
La hache de guerre est loin d'être enterrée entre ces 2 présidents Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jakez
17. Vainqueur de la C3
17. Vainqueur de la C3
avatar

Messages : 2807
Date d'inscription : 27/06/2017
Localisation : Camaret sur mer

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 17:01

Merci guiz: je pense (j'espère) que ce ne sera pas seulement entre les 2 présidents. A intervalles réguliers JMA se querelle avec 1 président de club (on l'a vu avec BD, on se souvient aussi des propos de Vasilyev sur l'arbitrage dont bénéficie Lyon) mais il a trop d'influence sur le système. Boy de la Tour a été 4 ans au CA d'OL Fondation avant de démissionner pour éviter "tout conflit d'intérêt" (ne pas sourire...). Belle sortie de Heyraud en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shrek
16. Champion de L1
16. Champion de L1
avatar

Messages : 2163
Date d'inscription : 09/04/2016
Age : 64
Localisation : 91

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 19:00

rien de neuf, Aulas restera Aulas et personne a la LFP lui fera fermer son clairon. Comme le dit justement Jakez, Boy de la tour sort d'ou?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 21:00

Après la victoire de Toulon sur Castres (38-6), samedi lors de la 25e journée du Top 14, Mourad Boudjellal a taclé Jean-Michel Aulas en zone mixte.

En corrigeant Castres (38-6), Toulon a assuré samedi sa place en phase finale du Top 14. En zone mixte, Mourad Boudjellal, le président du club varois, a évoqué les demi-finales, qui auront lieu à Lyon les 25 et 26 mai prochains. Et il en a profité pour glisser un petit tacle à Jean-Michel Aulas, le patron de l'Olympique lyonnais, dont les relations avec Jacques-Henri Eyraud, son homologue à Marseille, sont actuellement très tendues, suite aux sanctions prises à l'issue du match OM-Lyon. «On est comme Marseille, on a envie d'aller chez Jean-Michel Aulas, a déclaré Boudjellal. On a envie d'aller tout casser chez Jean-Michel Aulas parce qu'il le mérite bien quand même.» Après un duel Aulas-Eyraud, place maintenant à un duel Aulas-Boudjellal ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tostao
19. Vainqueur de l'EURO
19. Vainqueur de l'EURO
avatar

Messages : 8553
Date d'inscription : 06/05/2015
Localisation : A côté de la chapelle

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Sam 28 Avr 2018 - 23:38

Rectificatif guiz:Toulon-Castres 59-13 Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Dim 29 Avr 2018 - 12:51

Oui Cetait Encore score à la mi-temps. Curieux.

Genesio outré par ces propos. quand Cest Aulas Qui met le feu on l'entend moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andrieu
15. Titulaire de L1
15. Titulaire de L1


Messages : 1079
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 83
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Dim 29 Avr 2018 - 15:05

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Dim 29 Avr 2018 - 15:11

Pourquoi l'OM n'a pas convaincu
JOSÉ BARROSO (avec B. Gh.)

« L’Équipe » a pu consulter la notification de la commission de discipline sur les échauffourées d’OM-OL. Qui confirme que le club marseillais a payé sa ligne de défense ultra-offensive.

La plume se veut synthétique mais le texte s’étale sur huit pleines pages. L’Équipe a pu consulter la notification de la décision rendue mardi par la commission de discipline de la Ligue sur les échauffourées à la fin d’OM-OL (2-3), le 18 mars. Depuis, le président marseillais Jacques-Henri Eyraud et son homologue lyonnais Jean-Michel Aulas s’écharpent dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Le premier suspecte le second d’avoir usé de son influence pour aboutir à des sanctions « disproportionnées » (3 matches de suspension pour Adil Rami et Anthony Lopes, 2 matches avec sursis pour Marcelo) ; le second reproche au premier des attaques « calomnieuses ».
À la lecture de ces huit pages, qui débutent par un digest des nombreux auditionnés (dirigeants, joueurs, arbitre, avocats…), pas de grosse révélation croustillante. Tous les acteurs impliqués dans les incidents assurent être intervenus pour calmer le jeu. Lopes explique ainsi avoir voulu « séparer Marcelo et Adil Rami, dans un souci d’apaisement». Rami rétorque avoir subi des insultes de Diakhaby (« Je vais te niquer ta mère ») et de Ferri (« Ferme ta gueule » et « Fils de pute», propos « confirmés par expertise orthophonique » selon l’avocat de l’OM, Me Grimaldi). Le défenseur dit ensuite avoir « essayé de canaliser le problème avec Marcelo mais celui-ci a évité toute discussion et lui a envoyé des bisous et fait des clins d’œil en guise de provocation ».
Eyraud a cité des dates qui surprennent

Le passage le plus éclairant arrive dans la seconde moitié de la notification. Elle concerne la défense ultra-offensive des dirigeants marseillais. Dans leur viseur : Anthony Lopes, clairement ciblé. L’avocat de l’OM, Me Grimaldi, demande que son coup sur l’intendant marseillais Walid Baaloul, « qui est un acte volontaire, soit qualifié de brutalité ».
En conséquence, le juriste réclame que le gardien lyonnais soit « sanctionné de deux ans de suspension » assorti d’un « retrait de points au classement de l’OL ». Grimaldi va même jusqu’à réclamer des « mesures conservatoires », c’est-à-dire avec effet immédiat, pour prévenir tout appel. Ce n’est pas tout. Lorsqu’il prend la parole ensuite, Eyraud parle d’un «multirécidiviste ». L’OM va même rappeler « ses antécédents » en citant trois dates, assez surprenantes : le 31 janvier 2017 (le gardien avait barré le nom de Saint-Étienne sur son maillot collector de la Coupe de France), le 2 novembre 2017 (Lyon-Everton, avec peut-être une confusion avec le match aller, le 19 octobre, où Lopes avait été frappé par un spectateur anglais), et le 9 décembre 2017 (l’OL joua le lendemain à Amiens, sans rien de particulier concernant l’international portugais). Lors de son audition, exprimée sous la forme d’un texte lu, Eyraud développe ensuite le même argumentaire que dans l’entretien paru hier dans nos colonnes. D’abord, le regret que cette affaire soit passée devant la commission aussi tard. Ensuite, la menace de tourner le dos à la charte des présidents de L 1. La réponse circonstanciée de la commission, juste après, sonne comme un désaveu cinglant à la ligne de défense marseillaise. Après s’être interrogée « sur l’intérêt et la qualité, au sens juridique des termes, pour un club de demander des sanctions disciplinaires à l’égard d’un autre », elle rappelle qu’il « appartient à la commission d’analyser les comportements litigieux et de sanctionner selon les circonstances que l’organe disciplinaire apprécie souverainement ». Une manière de dire qu’elle a peu apprécié voir l’OM vouloir se substituer à elle. Ce que le camp lyonnais – manifestement bien conseillé – avait bien assimilé, l’avocat rhodanien Joseph Aguera soulignant que « contrairement à l’OM, l’OL ne demande aucune sanction à l’encontre d’Adil Rami ».
Pour autant, la commission étaiera sa décision finale d’éléments d’une autre sorte. Pour justifier les trois matches à Rami, elle indique que son coup d’épaule sur Marcelo, « intervenu en dehors d’une phase de jeu », n’a pas été relevé le soir même par les arbitres (ce qui autorise une autosaisine de la commission) et « constitue un acte de brutalité au sens […] des règlements ».
Quant à la charge de Lopes sur Baaloul, elle relève un geste « inadmissible » mais n’a pas retenu tous les éléments médicaux apportés par l’OM. « L’ITT (de 2 jours délivrée à l’intendant par le médecin de sa femme et de ses enfants) ne précise pas si elle résulte de la gifle portée par Lopes ou des blessures causées par l’attroupement», note-t-elle.
Avant de retourner là aussi le plaidoyer du club : lors de l’audition, l’avocat de l’OM a précisé que ce médecin avait délivré ce certificat avec cette ITT sur les conseils de l’avocat de M. Baaloul, «ce qui suffit à remettre en cause la crédibilité de cette pièce », conclutelle. ‘


Du popcorn et une bonne bière pour écouter ca.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guiz
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
20. Vainqueur de la Coupe du Monde
avatar

Messages : 11619
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 32
Localisation : nantes

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Jeu 24 Mai 2018 - 23:19

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tck
16. Champion de L1
16. Champion de L1
avatar

Messages : 2436
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 36
Localisation : Betton (35), Pludual (22), Radenac (56)

MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   Ven 25 Mai 2018 - 12:13

J'aurais bien aimé que le joueur acéiste qui colle une droite à Mateta soit sanctionné également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.accroprono.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Football] Le dijo du jeudi   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Football] Le dijo du jeudi
Revenir en haut 
Page 26 sur 27Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum non-officiel de l'En Avant de Guingamp :: Le Coin des Supporters :: Football National et International-
Sauter vers: